Le chemin qui mène au bonheur…

Qu’est-ce que le bonheur ? Comment être plus heureux ? Voila deux questions que tout le monde se pose. Mais y a t-il une bonne réponse ?
 
Plus le temps passe et plus je crois qu’il est facile d’être heureux. Mais je crois que le bonheur est différent pour chacun. N’écoutez donc pas ceux qui vous disent comment être plus heureux, moi y compris.
 
Je n’ai aucunes leçons à partager, juste mon expérience. A vous de voir si vous y retirez de la valeur.
 
En quelques années je suis passé de quelqu’un d’assez pessimiste et déprimé à quelqu’un de plus serein et de plus sage. Et pourtant, vue de l’extérieur, ma vie n’a pas tellement changé. Je crois que c’est en moi que j’ai trouvé les réponses pour être plus heureux. 
 
Plus on subit des « échecs », des pertes, des épreuves et plus on se rend compte que la vie est ainsi et que très peu de chose ont réellement de l’importance. L’homme a finalement des besoins très simples et une fois ceux-ci assouvies, rien ne peux nous empêcher d’être heureux.
 
C’est ma perception de la réalité et des événements qui ont changé mon niveau de bonheur. Je me concentre uniquement sur ce que je peux contrôler et je travail à rester concentrer sur le moment présent. J’ai tendance, comme beaucoup, à rester focalisé sur la nostalgie du passé ou sur l’anticipation, la crainte, l’envie du futur. Mais le passé et le futur n’existent que dans nos pensées. Seul le présent existe réellement.
 
Une fois que l’on a comprit ça, tout devient plus simple. On se concentre sur qui on est et sur ce que l’on possède à l’heure actuelle. Tout le reste n’est qu’illusion et nous éloigne du bonheur.
 
J’ai longtemps été déprimé, savez-vous pourquoi ? La réponse en un seul mot : Désir.
 
«  Si j’avais … je serais plus heureux. » 
«  Si j’étais … ma vie serait plus simple » 
 
On a tous des envies, des désirs, des objectifs ou des rêves. Mais c’est lorsque l’on se concentre sur ce qui nous manque que le bonheur s’éloigne. On nous répète souvent qu’il faut apprécier ce que l’on a déjà. En vieillissant je me rend compte qu’il n’y a rien de plus vrai. J’ai déjà tout ce qu’il me faut, probablement que vous aussi. 
 
Bien sûr ça ne veut pas dire qu’il ne faut plus rien entreprendre. Je crois qu’il faut juste avancer sans être dans le désir, le manque ou la peur perpétuelle.
 
Je finirais sur une phrase que je me répète régulièrement (et dont je ne me souviens plus l’origine) « Le bonheur, ce n’est pas d’accomplir tous ses désirs, le bonheur, c’est de ne plus en avoir ».

Laisser un commentaire

Fermer le menu